LA SANTE, LE CAPITAL DE DEPART

L’Organisation Mondiale de la Sante (O.M.S.) qui a été créée en 1945, définit dans ces principes constitutionnels la santé comme étant un état complet de bien-être physique, mental et social.
Ainsi la meilleure possession de son état de sante permet d’optimiser ses capacités à entreprendre. La santé est incontestablement la première ressource de la vie quotidienne.
C’est pourquoi la santé est élevée au rang des droits fondamentaux de tout être humain dont la protection et la promotion incombent aux Etats.
Les gouvernements ont donc la responsabilité de la santé de leurs peuples.
Au Sénégal nous disposons d’un Plan National de Développement Sanitaire et Social depuis 1998. Ce plan a provoqué plusieurs réformes institutionnelles et législatives touchant les hôpitaux, les médicaments et les pharmacies. Ces réformes ont aussi concerné le système d’information sanitaire et le financement de la santé.
La politique du gouvernement du Sénégal, à travers son Ministère de la santé, consiste aussi à mettre l’accent sur la prévention.
Celle ci est l’ensemble des actions et comportements tendant à éviter la survenue de maladies ou traumatismes. Sa mise en oeuvre se fait aussi dans une approche pédagogique. C’est dans cette optique que l’éducation pour la santé constitue un facteur favorable à la diminution des dépenses de santé. Ce qui permettra de faire des économies sur les fonds destinés à la prise en charge des malades dans les hôpitaux et centres de santé.
La responsabilisation des individus et leur autogestion en matière de santé est mise en œuvre par les autorités sénégalaises depuis plus d’une décennie dans le cadre de la lutte contre les maladies transmissibles (SIDA, Ebola, Paludisme et tuberculose) et les autres maladies non transmissibles à savoir le cancer etc.
Il est de notoriété publique que notre système de santé fait partie des meilleurs en Afrique et dans le monde. Cela a été démontré dans la gestion de la fièvre Ebola à travers laquelle le Sénégal avait connu l’incursion d’un cas qui a pu bénéficier d’un traitement avec succès. Ce test grandeur nature a permis à nos autorités sanitaires de se distinguer honorablement dans le monde.
Sur le volet système de traitement et prise en charge des malades, la Couverture de Maladie Universelles, la gratuité de la césarienne et le plan Sésame demeurent des actions qu’il convient de renforcer et de promouvoir davantage.
Dans cet espace Trade-Echos, nous suivrons avec un intérêt particulier les efforts qui seront faits par le Ministère de la santé et ses différents services et partenaires dans la mise en œuvre de la politique sanitaire du Gouvernement du Sénégal. Il sera question de faire l’état des lieux des structures de santé en terme de couverture et de capacité d’accueil. Mais aussi de l’accès aux soins et aux traitement. On se penchera également sur le plateau technique , bref nous  reviendrons encore largement sur les projets et programmes du Ministère de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *