ECONOMIE MARITIME : Des investissements importants consentis pour moderniser le secteur de la pêche

Pour moderniser le secteur de la pêche artisanale au Sénégal, le gouvernement a mis en œuvre depuis 2015 une politique de relance qui a débouché en  Janvier 2016 sur :

la réception du port de Foundiougne-Ndakhonga, le dragage du fleuve Casamance et le démarrage des travaux de construction de quais de pêche dans des localités telles que Soumbédioune, Yoff, pointe Sarène, Somone et Ngaparou, l’aménagement d’aires de traitement et de transformation des produits de la pêche à Bargny, Fass Boye, Gooxu Mbathie, entre autres sites dédiés à la pêche, projet de construction de 19 complexes frigorifiques d’un coût de 10 milliards de F CFA.

« Le président de la République, Macky Sall, place le secteur de la pêche et de l’aquaculture en pole position dans le Pse et, à ce titre, des moyens conséquents sont consacrés au développement des différentes chaînes de valeurs pour permettre à tous les acteurs de tirer le maximum des opportunités offertes, tout en inscrivant l’activité dans la durabilité », avait lancé le ministre de la Pêche, Oumar Gueye, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la pêche à Dakar, le 21 novembre dernier.

« Le gouvernement, sous l’impulsion du chef de l’Etat, Macky Sall, s’attache à la réalisation d’importants investissements pour moderniser les infrastructures de pêche en faveur de la pêche artisanale », rappelait-il. Le 10 Décembre 2015, lors de l’ouverture du Salon maritime de Dakar. Le Premier ministre du Sénégal, Mahammad Boun Abdallah Dionne, avait réaffirmé l’engagement du gouvernement du Sénégal de réaliser en 2016 ,19 complexes frigorifiques d’un coût de 10 milliards de F CFA pour la conservation, la congélation et le stockage des produits halieutiques et le renouvellement du parc des camions frigorifiques.

Ainsi donc s’aperçoit-on du bon suivi et de l’efficacité dans la mise en œuvre des investissements dans ce secteur. Il s’agit là de la réalisation et de la concrétisation d’un engagement gouvernemental.

De plus, soulignait-il, une subvention d’un montant global de 5 milliards de F Cfa va être accordée aux pêcheurs pour l’acquisition de moteurs à raison d’un million de F CFA par moteur. Le chef du gouvernement sénégalais avait également annoncé la constitution d’un stock de 20 000 gilets, dont le prix unitaire de cession a été réduit à 2 500 F CFA pour relever le défi de l’accessibilité et renforcer la sécurité en mer des pêcheurs artisans.. Le gouvernement s’est aussi engagé à payer 5000 moteurs de pirogue à 5 milliards de F  CFA. Il y aura une subvention d’un million de F CFA pour chaque moteur acheté. Cela sera accompagné d’un stock de 20 000 gilets de sécurité pour les pêcheurs en mer », déclarait-il.

 

L’inauguration du port de Foundiougne-Ndakhonga s’est faite concomitamment au début des travaux de dragage du fleuve du Saloum.

D’une superficie de 2.500 m2, le port de Ndakhonga  est composé d’une salle d’attente, d’unrestaurant,d’un dépôt de bagages, des sanitaires, d’une cuisine et d’une salle de conférence. Le parking est doté de toutes les normes de sécurité notamment de deux paratonnerres et d’un système de sortie rapide. Enfin, ce port de Foundiougne-Ndakhonga est également placé sous système de vidéosurveillance, de portiques et de scanners pour les passagers et les bagages. Il est constitué de deux composantes situées respectivement à Ndakhonga et à Foundiougne. La composante de Foundiougne est dotée d’une annexe de gare maritime dédiée aux passagers, tandis que celle de Ndakhonga abrite l’essentiel des infrastructures.

Au cours de son inauguration, le chef de l’Etat Macky SALL avait exprimé sa volonté  d’assurer la desserte maritime Ndakhonga-Ziguinchor. Ce projet entre dans le désengorgement des routes par l’intensification du trafic maritime. Cette ligne maritime  devra, selon lui, participer au désengorgement du trafic routier afin de faciliter le transport  des produits agricoles. Ce sont 2,78 milliards de F Cfa qui ont été dégagés par l’Etat du Sénégal  pour  le dragage du Saloum. « La navigabilité du fleuve Saloum sera améliorée, dans un premier temps, avec des profondeurs minimales de presque six (6) mètres de tirant d’eau sur tout le chenal navigable de la première section du bras de mer qui va de l’embouchure à Foundiougne ». Ce dragage sera, dans une seconde phase, étendu de Foundiougne à Kaolack afin de jeter les bases du pôle portuaire du Saloum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *