Les fonctionnaires champions des congés (Etude DARES)

La durée de vacances, en moyenne de 33 jours en France, reste différente selon le secteur et le type de profession, avec une nette supériorité pour la fonction publique.

Bonne nouvelle pour ceux qui regrettent déjà le temps béni de la plage: leur stock de jours de repos n’est certainement pas éclusé. Une étude menée par la Dares, centre d’étude statistique du ministère du travail, a mesuré, pour l’année 2015, les congés des travailleurs de plus d’un an d’expérience (les droits de la première année dépendant de la date d’embauche). Selon l’étude, les salariés ont bénéficié de 33 jours de congés payés en moyenne en 2015, RTT comprises. Légalement, les salariés français ont droit à 25 jours de congés payés, depuis 1981. S’y ajoutent les RTT, variables selon les entreprises, qui compensent le fait de travailler plus de 35 heures par semaine.

Les grands gagnants de l’année 2015, selon la Dares, sont les agents de la fonction publique d’État (ministères civils, de la Défense et établissements publics administratifs nationaux, hors enseignants, calqués sur les vacances scolaires) avec une moyenne de 42 jours de congé accordés, RTT comprises, contre 29 jours dans le secteur privé. Ce qui fait tout de même une différence de… 13 jours. Loin derrière viennent les employés de la fonction publique territoriale, avec 38 jours, puis de la fonction publique hospitalière, avec 34 jours. Cet écart entre le public et le secteur privé est surtout lié à des questions d’organisation du travail, puisque dans la fonction publique, «la durée travaillée au-delà des 35 heures hebdomadaires donne plus souvent lieu à des contreparties sous forme de jours supplémentaires que sous forme de compensation salariale», expliquent les auteurs du rapport. C’est donc au détriment de leurs salaires que les fonctionnaires partent davantage en vacances.

Les salariés de la finance, des assurances et de l’immobilier sont les mieux lotis du privé

Dans le privé, selon l’étude, les plus «bosseurs» sont concentrés dans l’hébergement et la restauration, avec seulement 26 jours de congé accordés, RTT comprises. Cette assiduité s’explique par la grande diversité des tâches à accomplir, dans des entreprises à caractère «familial» avec des horaires atypiques. A contrario, ceux qui jouissent de la plus longue période de vacances travaillent dans la finance, les assurances ou l’immobilier. Ils ont 33 jours accordés, soit 7 de plus que ceux qui sont l’hébergement et la restauration.
Secteurs publics et privés confondus, ceux qui ont le plus droits à des vacances sont les catégories professionnelles supérieures. Dans le privé, les cadres ont ainsi 33 jours en moyenne, contre 26 jours pour les employés et ouvriers non qualifiés, tandis que dans la fonction publique le rapport est de 41 jours contre 36. Cette différence est liée à la durée de travail hebdomadaire supérieure des professions intellectuelles ou d’encadrement, compensée généralement (surtout dans les grandes entreprises de plus 500 salariés) par l’octroi de RTT. Les employés moins qualifiés, travaillant davantage 35 heures par semaine, ont moins d’heures «à rattraper».
Mais, c’est une chose de disposer de congés payés et de RTT, et c’est une autre de les prendre. Du côté des jours effectivement «consommés», l’étude du ministère du travail révèle qu’en 2015, les salariés ont en moyenne pris 33 jours de repos, soit l’exact équivalent des jours dont ils disposaient. Une enquête de 2012 précise que «69% des salariés déclarent avoir pris tous les congés auxquels ils ont droit, 25% n’ont pas pu les prendre tous mais ont pu les reporter et 3% ont perdu les jours non pris».

Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *