Séduit par l’industrie des assurances et son corollaire avec le Pse : le ministre Amadou Ba esquisse des possibilités d’appuis

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan affiche un réel optimisme face à la dynamique dans laquelle l’industrie des assurances s’est inscrit, ces dernières années.

A l’origine de ce sentiment de satisfécit : le secteur a réalisé un taux de croissance moyen supérieur à 10% sur les trois dernières années, tiré par l’assurance vie qui connait un taux de croissance supérieur à 20%.

Aussi, Amadou Ba ne doute-t-il point du fait que, dit-il, «ce dynamisme de l’industrie des assurances devrait nous rassurer davantage sur votre capacité à contribuer efficacement au financement de l’émergence économique de notre pays».

Convaincu, par ailleurs, de l’existence d’un «corollaire évident entre le succès du Plan Sénégal Emergent et le développement de l’industrie des assurances», l’argentier de l’Etat estime qu’il est impérieux d’arriver à une réflexion commune plus poussée.

Ce, pour aboutir à des formes d’appui que les pouvoirs publics pourraient apporter à votre secteur. Voici, d’ailleurs, l’intégralité du discours prononcé, ce matin, par Amadou Bâ devant les membres de la Fédération sénégalaise des Sociétés d’assurance.

Allocution DU MINISTRE

C’est avec un réel plaisir que je me joins à vous ce matin pour discuter des préoccupations qui avaient été soulevées par votre profession au titre des concertations avec le secteur privé, initiées dans le cadre du dialogue national lancé par le Chef de l’Etat.

Cette rencontre m’offre l’occasion de vous dire tout l’intérêt que mon département accorde à la promotion du secteur des assurances, secteur très important pour toute activité de développement et dont la contribution au financement de notre économie est appréciée à sa juste mesure.

A ce titre, je voudrais magnifier la dynamique dans laquelle le secteur s’est inscrit ces dernières années,  avec un taux de croissance moyen supérieur à 10% sur les trois dernières années, tiré par l’assurance vie qui connait un taux de croissance supérieur à 20%.

Ce dynamisme de l’industrie des assurances devrait nous rassurer davantage sur votre capacité à contribuer efficacement au financement de l’émergence économique de notre pays.

Au demeurant, le financement de l’économie constitue une mission essentielle de votre secteur, et il est important de le rappeler dans un contexte marqué par la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent.

En effet, la phase I du PSE a vu l’économie sénégalaise amorcer une rupture dans son cycle de croissance, avec un taux de croissance moyen supérieur à 6% sur les trois premières années d’exécution, frôlant 7% par moment.

Les travaux d’élaboration de la Phase II du PSE (2019-2023) viennent juste de démarrer au niveau de mon département, et je voudrais vous réaffirmer les attentes qui pèsent sur le secteur privé, dont le dynamisme devrait permettre de conforter la croissance de façon durable, pour une transformation structurelle de notre économie.

Monsieur Le Président de la Fédération Sénégalaise des Sociétés d’Assurances,

Mesdames, Messieurs Les Présidents et Directeurs généraux

A travers l’élaboration d’un plan stratégique quinquennal 2017-2021, votre corporation entend inscrire son action dans une vision de transformation du secteur des assurances, pour accélérer sa croissance et profiter des opportunités offertes par la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent.

C’est dire donc le corollaire évident entre le succès du PSE et le développement de l’industrie des assurances, qui mérite une réflexion commune plus poussée sur les formes d’appui que les pouvoirs publics pourraient apporter à votre secteur.

C’est dans ce sens que des mesures incitatives, notamment sur le plan fiscal, ont été déjà prises par les pouvoirs publics ces dernières années, pour renforcer la capacité du secteur et inciter les entreprises à souscrire dans les produits d’assurance de la branche vie, collecteur de ressources à long terme.

Par ailleurs, notre pays constitue aujourd’hui un important gisement d’affaires et de croissance, notamment avec les découvertes récentes de pétrole et de gaz, qui ouvrent de belles perspectives autour d’une industrie pétrolière. Une nouvelle industrie pétrolière qui suscitera de nouveaux besoins d’assurances, avec des risques aussi variés que les activités d’exploration, de production et de distribution pétrolière et gazière.

Les récentes réformes adoptées par le Conseil des Ministres des Assurances de la CIMA ayant pour finalité d’accroître la capacité de rétention en matière de primes d’assurance et de réassurance, constituent une opportunité de renforcement du secteur, mais aussi d’une meilleure valorisation de sa contribution au développement économique.

C’est sur ces questions que je voudrais axer nos échanges, tout en prenant bonne note de vos préoccupations qui feront l’objet de la meilleure attention.

Je vous remercie de votre aimable attention

Allocution de Monsieur Amadou BÂ

MINISTRE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *