Concurrence déloyale : Les régies publicitaires appellent à une réglementation

Des dérives dans le secteur de la publicité, des acteurs en ont fait état ce lundi 6 août 2018. À la faveur d’un atelier de partage et de concertation sur la publicité qui a réuni, acteurs du secteur, autorités et des journalistes, Mohamed Badiane, secrétaire général de l’Association des régies publicitaires a pris la parole pour s’insurger contre une concurrence déloyale dont souffre leur secteur.

Lors d’une brève présentation au nom de ses pairs, il a estimé que c’est devenu très compliqué pour eux depuis la décentralisation. ‘’Aujourd’hui, chaque commune délivre des autorisations comme elle veut. L’implantation de panneaux et d’affiches publicitaires se fait de manière anarchique. Sur la Vdn (Voix de dégagement nord)les supports sont devenus dangereux, ils ne respectent aucune règle. Aujourd’hui, il y a des annonceurs qui remplacent des régis. Ils viennent implanter les panneaux publicitaires illégalement alors que ce sont les régies qui payent des impôts et des salaires. En Côte d’Ivoire ou au Mali, on n’imagine même pas que quelqu’un puisse faire de la publicité sans avoir d’autorisation requise. Ici, à Dakar ce qu’on voit est déplorable. Ce qui se passe au Sénégal, c’est incroyable. Les députés ont du boulot’’, a pesté M. Badiane en s’adressant à Mamadou Lamine Diallo, l’un des parlementaires présents à cette rencontre.

Devant le président Babacar Touré du Cnra, il a lancé l’alerte pour relever le danger de l’inertie des autorités étatiques face aux effets de ces violations. Ce, avant de plaider la régulation du secteur. ‘’Si on ne fait rien cela deviendrait de l’anarchie. Depuis 1984, il n’y a aucune loi. Il suffit juste qu’il y ait un décret d’application et le code est réglé. Ce qu’on vit, c’est une absence de réglementation. Vraiment, il est temps qu’on s’en occupe, c’est un problème. Il y a des jeunes qui travaillent, qui investissent et payent des salaires et des impôts. Il y a des gens qui ne sont pas des acteurs, ils sont amis ou parents du maire et font de l’anarchie. Il nous faut nous motiver au lieu de laisser les annonceurs se comporter comme un régis. Cela sont des problèmes qui sont là, nous on le vit. On ne peut pas aller ailleurs, parce qu’on est Sénégalais, on travaille ici’’, a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *